... ou comment un petit village Briard a su préserver 
sa ruralité face au développement démographique.
    

                                                              

Nous découvrons La Houssaye

              Janvier 1970. Nous roulons, ma femme et nos 3 enfants, vers Montfermeil pour visiter un petit terrain à bâtir, en compagnie d’un agent immobilier, quand celui-ci nous demande si nous aimons la campagne. A notre réponse affirmative, changement de cap. Une petite heure et une quarantaine de kilomètre plus tard, nous nous retrouvons sur une petite route de campagne bordée de magnifiques platanes, face à une grille de château.  La Houssaye, c’est par là ! Virage à gauche, virage à droite, virage à gauche…
            Nous sommes nous retrouvons dans un petit chemin empierré, face à un verger de pommiers envahi de grandes herbes. Derrière nous, 3 maisons et un champ avec des vaches. La campagne à l’état pur ! C’était notre premier contact avec La Houssaye. Le coup de cœur ! Avant de repartir, un détour « au village » pour boire un café. Sur la place, face à l’église, La Fleur de Lys nous a accueillis dans sa toute petite salle, avec ses quelques tables et son « Baby Foot » entre deux colonnes, en plein milieux.

             Le coup de Cœur s’est transformé en coup de foudre. Nos vacances, cette année là, se sont passées à La Houssaye, sous la tente, à faire connaissance avec le village qui allait bientôt nous accueillir. Le premier mai de l’année suivante, nous posions nos meubles dans notre nouvelle maison et nous étions devenu des Hulsétiens… sans le savoir !
          Quarante six ans plus tard, j’ai eu envie de faire un état des lieux de ce village au moment de notre arrivée, puis de décortiquer son évolution au cours de toutes ces années. Quarante six années que je n’ai pas vu passer mais qui ont profondément transformé le village, tout en lui conservant son aspect rural si précieux.
          J’ai fouillé dans mes souvenirs, j’ai questionné un peu partout, puis je me suis replongé dans les arcanes des archives, j’ai décortiqué les Registres de Délibérations du Conseil Municipal. Et j’ai mis tout ça sur papier. Mais, avant de vous faire part de mes cogitations, je vous livre cet état des lieux du village tel que nous l’avons découvert en 1970.


Chemin de Chantepie en 1970


Terrain de jeux des enfants 


Le verger. Au fond, une maison en construction

    
                 Chantepie en 1972                                       Nos  voisins d'en face