Les années 1980
Complété le 18 septembre
      


 

En 1982, La Houssaye comptait 787 habitants.
de 1975 à 1982, il y a eu 47 naissances et 68 décès.

            En mai 1982, le conseil municipal est informé qu'un immeuble appartenant à l'association « Frères des Hommes » à La Houssaye est mis en vente. Compte tenu des besoins futurs de la commune, le conseil municipal à l'unanimité est favorable à cette acquisition et décide de faire le nécessaire dès maintenant pour entreprendre les démarches.                    En février 1983, une signalisation lumineuse est à l'étude afin de sécuriser le croisement de la Départementale 216 avec le chemin de Chantepie. En décembre de la même année, une autre étude est lancée afin de connaître les familles intéressées par la création d'une cantine scolaire. En effet, il apparaît que le manque de cantine scolaire à La Houssaye se fait cruellement sentir et incite les familles à inscrire leurs enfants à l'école privée de Villeneuve le Comte pour cette raison.

              Le 26 mars 1983, Monsieur Schuchard est élu Maire.

               En juin, Monsieur le maires expose aux conseillers que le bâtiment au 213 avenue du Général Leclerc qui accueille plusieurs associations, nécessite des travaux pour le maintenir en état, et il présente un avant projet de rénovation. Le conseil approuve le projet et sollicite une subvention pour réaliser les travaux.
               En mars 1984, suite à l'étude réalisée précédemment, le conseil municipal envisage la création d'une cantine scolaire d'une capacité de 50 élèves et demande une subvention pour réaliser ce projet. Cette cantine serait installée dans le bâtiment avenue du Général Leclerc après réalisation de travaux de rénovation prévus. Dès juillet, les subventions pour réaliser le projet étant obtenues le conseil, le conseil municipal vote la création d'une cantine scolaire et en confie la gestion à la Caisse des Écoles.
               En juin, Monsieur le maire expose au Conseil Municipal que, par une circulaire en date du 28 février 1983, il a été mise en place une procédure dite des « contrats ruraux » pour aider les communes de moins de 2000 habitants à résoudre leurs problèmes d'aménagement et d'équipement. Suite à cet exposé, le conseil envisage la possibilité d'établir un dossier de candidature pour un contrat rural sur 3 ans pour un montant de 999 000 Francs afin de réaliser les opérations suivantes :
1 - Acquisition de la propriété 68 rue de Bussière mise en vente par l'association « Frères des Hommes ». (*Actuellement 124 rue Etienne Jodelle)
2 - Aménagement du premier étage du bâtiment communal avenue du Général Leclerc en locaux socio-culturels.
3 - Aménagement du rez de chaussée du bâtiment 68 rue de Bussière (*) en salle de réunions et de la grange en ateliers communaux.                 

               En février 1985, le conseil municipal proteste à nouveau, par différents courriers adressés aux administrations concernées, pour que le croisement RN 36 et D 216 soit réalisé comme prévu au départ, soit avec un passage surélevé.  
                 A cette période, la boulangerie du village ferme ses portes pour raisons familiales. Dur-dur! Mais le propriétaire, monsieur Léniel qui exploite également une boulangerie à Tournan, accepte de la maintenir ouverte en attendant un nouveau gérant. Ouf!...
                  Dès la mise en service du plateau d'évolution du groupe scolaire, en 1977, une section tennis et une section volley ball ont vu le jour et sont venus grossir l'effectif du Club Sportif de La Houssaye, créé en 1968. En 1985, celui-ci comprenait 5 équipes de foot ball engagées en championnat, 120 adhérents à la section tennis et 30 adhérents à la section ping pong. Suite à cette étude, en avril 1985, le conseil décide la construction de vestiaires avec douches en remplacement des deux bungalows utilisés jusqu'à présent, et fait aussitôt une demande de subvention. Au vu du nombre d'adhérents au tennis, le conseil envisage également la construction d'un deuxième cours à proximité de ces installations.
               En février 1986, après exposé de Monsieur le Maire sur l'intérêt que présenterait un tel organisme, le Conseil Municipal décide d'adhérer au syndicat intercommunal pour la création d'une école de musique et de danse dénommée « Conservatoire Couperin »
               En mai 1986, après réflexion, le conseil prévoit de réserver le plateau d'évolution existant à un usage scolaire et décide  la construction de deux cours de tennis sur le terrain de sports. Une subvention de 30 000 Francs par court est sollicitée dans le cadre du Fond National de développement du sport.
               Le 5 décembre 1987, les nouveaux vestiaires sont inaugurés à l’occasion d’une rencontre de championnat contre Dammartin sur Tigeaux, et plusieurs matchs amicaux sont organisés. La journée se termine par un goûter offert par la commune.
               En septembre 1989, la boulangerie du village a enfin trouvé son boulanger.  Laurent Garnier, un enfant du village, et Ghislaine son épouse, donnent un nouveau souffle à cette institution qu'est... la boulangerie du village!
                En octobre, le Conseil Municipal, - considérant la nécessité d'équipements collectifs qui auraient vocation d'aménagements administratifs - considérant la nécessité des zones d'habitat pour intégration de la population future et de la bonne poursuite des activités sportives sur la commune, décide de créer un droit de préemption pour les zones sensibles du village.
                  En décembre, l'administration des PTT prévoit le réaménagement du bureau de poste et sa mise en sécurité. Le conseil municipal, après avoir pris connaissance du dossier, accepte de participer aux travaux dans la limite de 140 000 Francs.